Community Based Tourism : a story of developing eco-tourism in Jalal-Abad region

The Community Based Tourism (CBT) is a Kirghiz network that promotes sustainable tourism. As explained on their website, their main objective is “to improve the living conditions of people in remote mountain regions, by developing rural tourism without harming the natural environment and culture of local people”. CBT’s offices began to appear in the 2000’s in the main touristic places, with the support of the NGO Helvetas Swiss Intercooperation. The idea was to put tourists searching for accomodation in contact with local people who can host them in their own house.
Compared to traditional hosting offers such as hotels and hostels, to live with the local people is a unique chance to see and understand the Kirghiz culture more deeply. The CBT’s workers speak English well, and as this is not the case for lot of Kirghiz people, they can be really helpful when you arrive in new unknown places. Besides accomodation, they can also provide good informations about the activities in the region.

During my stay in Kirov (a little village near Jalal-Abad) I met with Shahnoza, a member of the Jalal-Abad CBT network. Working as a private English teacher, she is also the mother of 4 children from 3 to 10 years old. Being hosted by her relatives in another house of the village, I visited her one afternoon at her large house. She welcomed me with a tea, delicious local honey and homemade jam ready to spread on tandoor bread… the perfect conditions for us to have a chat about how she became a member of the CBT.

 

From the courtyard of Shanoza’s family house.

“In 2000 I was entering university. My father was working with the NGO Helvetas Swiss Intercooperation and he told me about this new organisation which was taking shape in Kyrgyzstan : the Community Based Tourism. Then an office in Jalal-Abad was opened by a local woman, Ruhsora. I contacted her, we got on well and quickly I began to work there. I was still living at my parents’home at that time and I myself welcomed tourists there through the CBT. But when I got married and left home I had to stop this activity… with my husband we were very busy with the construction of the house and later with our children.”

But last year Ruhsora called her back. Lately several tourists interested in agro-tourism had been visiting the CBT office : they wanted to meet with farmers and see their field, to know more about the life in the villages. “She asked me if I wanted to return to the CBT. My children were not young anymore, and I really liked the idea of being part of the network again therefore I began to welcome guests in our own house”. Last year she participated in a special training organised for the hosts about how to make tours in the countryside. Then before she started to welcome tourists people from the head office visited her, as they do for every registered guesthouse each year. According to the services she could provide she was evaluated with “2 edelweiss” on a scale from 1 to 3.

When Shahnoza expresses her feelings about the Community Based Tourism she stresses the positive impacts on the family life, especially for women : “It allows families to get an income without the need for women to go faraway. Here the responsibility to grow children comes to mothers, and it’s important for them to take care of them”. Promoting family cohesion, this particular way to welcome tourists can be a source of personal fulfilment at the same time : “when we (women) receive guests at home and they are thankful for our welcome, we experience a kind of achievment, a feeling of belonging to the society. It’s also a chance for us, and for the children even more, to meet people with another culture.”

As Shahnoza’s house is located in a little village 20 minutes from Jalal-Abad, it isn’t always easy to make people come. A lot of them still think that it will be easier to stay in the main city. However on this point I can testify, as I stayed in this same village for 2 weeks : it’s really doable ! There are marshrutkas all day long between Jalal-Abad and Kirov, all you need is to know where to catch them, or possibly to know what to say to the taxi driver if you prefer this option (adress below the article). At last for people who would arrive by car, the house is easy to reach thanks to its situation near the Osh-Bishkek road.

Until now Shahnoza has only welcomed tourists during the main touristic season (from May to September), but for her it’s not a problem if people want to come outside of this period, as long as they call her a few days before. Once at her place she offers a lot of different activities : “For example I can teach them how to sew our traditional thick mats called “tushuk”, how to cook our local meals or even how to bake our bread in the special oven, the “tandoor”. I can also organise for them horse or donkey rides, meetings with local farmers who will be happy to show their fields. They also have the possibility to walk around by themselves to see the neighbourhood if they wish”. The usual CBT package includes the night and the breakfast but here again Shahnoza is flexible : “I have to cook anyway for my family, so if my guests want also to have lunch and/or dinner it’s not a problem ! For breakfast I prepare a table with fresh fruit juice, local honey, homemade jam, dried fruit, tandoor bread and of course the traditional tea”. Also, the guests can choose whether they want to stay with the family for the night or prefer a private room, without any additional cost.

At last, Shahnoza told to me about another option which could be very interesting for low-budget travellers who are tempted by a longer experience in a local family : you can stay as a volunteer for a while, help in different ways in the house and be hosted and fed for free in exchange. However this offer would be only for girls or women.

(photos provided by Shahnoza)

Shahnoza’adress :
Shahnoza Arapova
Street Abdurahmanov, 20.
Jalal-Abad region, Suzak rayon, Yar-Kishlak village (or Kirov village. The two can be used. If you take marshrutkas search for Kirov rather than Yar-Kishlak)
Mobile phone : 0550 85 86 83 (whatsapp available)

CBT office : 
Ms. Ruhsora Abdullaeva, coordinator
#3, 20 Toktogula St., Jalalabat town, Jalalabat Oblast, Kyrgyzstan
phone: + 996 3722 21962 , + 996 772 376602 (mobile)
e-mail: cbt_ja@rambler.ru

Where to catch marshrutkas and taxis from Jalal-Abad to Kirov :
(to know exactly where to get off the best is to ask Shahnoza directly. Try to make sure you have an application with maps available offline -like Maps.me-, it will help you a lot !)

The grey eyemark shows the parking where you will find marshrutkas and taxis to Kirov. On the right side is the Toktogul street where the CBT’s office is located.

Community Based Tourism : l’histoire d’un éco-tourisme naissant dans la région de Jalal-Abad

Le Community Based Tourism (CBT) est un réseau kirghize qui promeut le tourisme durable. Comme ils l’expliquent sur leur site internet, leur objectif principal est “d’améliorer les conditions de vie des habitants de régions isolées montagneuses, en développant le tourisme rural dans le respect de l’environnement et de la culture locale”. Avec le support de l’ONG Helvetas Swiss Intercooperation, des bureaux “CBT” ont commencé à apparaître dans les années 2000 dans les principaux endroits touristiques. L’idée était de mettre en contact les touristes en recherche de logement et des locaux qui pouvaient les héberger chez eux.
Comparé aux offres traditionnelles d’hébergment comme les hôtels ou auberges de jeunesse, le logement chez l’habitant est une chance unique de pouvoir voir et comprendre plus en profondeur la culture kirghize. Les salariés du CBT parlent anglais couramment, et étant donné que ça n’est pas le cas de nombreux kirghizes, ils peuvent être de bon secours lorsque vous arrivez dans de nouveaux endroits inconnus. En dehors de l’hébergement, ils sont aussi capables de vous donner toutes les informations nécessaires sur les activités touristiques de la région.

Lors de mon séjour à Kirov (un petit village proche de Jalal-Abad) j’ai rencontré Shahnoza, l’une des membre du réseau de maisons d’accueil du CBT de Jalal-Abad. Travaillant comme professeur d’anglais privée, elle est aussi mère de 4 enfants âgés de 3 à 10 ans. Étant hébergée par des membres de sa famille dans une autre maison du village, je lui ai rendu visite dans sa grande maison lors d’un après-midi. Elle m’a accueillie avec du thé, un délicieux miel local et de la confiture maison prête à étaler sur le pain local “tandoor bread”… une mise en condition parfaite pour discuter de ses débuts au CBT.


Depuis la cour intérieure de la maison de Shanoza.

“En 2000 j’entrais à l’université. Mon père travaillait avec l’ONG Helvetas Swiss Intercooperation et il m’a parlé de cette nouvelle organisation qui se mettait en place au Kirghizstan : le Community Based Tourism. Puis un bureau CBT a été ouvert à Jalal-Abad par une femme d’ici, Ruhsora. Je l’ai contacté, nous nous sommes bien entendues et rapidement j’ai commencé à travailler là-bas. À cette époque je vivais encore chez mes parents et j’ai moi-même accueilli des touristes là-bas via le CBT. Mais après quand je me suis mariée et que j’ai quitté la maison j’ai dû stopper cette activité… avec mon mari nous étions très occupés avec la construction de la maison et plus tard avec nos jeunes enfants.”

Mais l’année dernière Ruhsora l’a rappelée. Plusieurs touristes intéressés par l’agro-tourisme étaient passés par le bureau du CBT récemment : ils voulaient rencontrer les agriculteurs et voir leurs champs, en savoir plus sur la vie dans les villages. “Elle m’a demandé si je voulais réintégrer le CBT. Mes enfants n’étaient plus en bas-âge, et j’aimais vraiment l’idée de faire à nouveau partie du réseau. J’ai donc commencé à accueillir des personnes dans notre propre maison”. L’année dernière elle a participé à un stage spécialement organisé sur le thème de l’accueil touristique en milieu rural. Puis avant qu’elle ne puisse commencer à accueillir des touristes, des personnes du siège du CBT lui ont rendu visite, comme ils le font annuellement pour chaque maison membre du réseau. Conformément à l’accueil qu’elle est en mesure de proposer,  “deux eldelweiss” lui ont été attribuées, sur une échelle de 1 à 3. 

Lorsque Shanoza exprime son ressenti sur le Community Based Tourism, elle souligne les impacts positifs sur la vie de famille, en particulier pour les femmes : “Cela permet aux familles de percevoir un revenu sans que les femmes n’aient à se rendre dans des endroits trop éloignés. Ici la responsabilité d’élever les enfants revient aux mères, et c’est important pour elles de prendre soin d’eux.” Tout en permettant la cohésion familiale, cette forme d’accueil est une source d’épanouissement personnel : “quand nous (les femmes) recevons des touristes chez nous et qu’ils sont reconnaissants de l’accueil que nous leur faisons, nous ressentons une forme d’accomplissement, un sentiment d’appartenance à la société. C’est aussi une chance pour nous, et encore plus pour les enfants, de rencontrer des personnes issues d’autres cultures”.

Du fait que la maison de Shanoza soit située dans un petit village à 20 minutes de Jalal-Abad, il n’est pas toujours facile de faire venir les touristes. Beaucoup d’entre eux pensent encore qu’il sera plus facile de rester dans la grande ville. Pourtant sur ce point je peux témoigner puisque je suis restée plus deux semaines dans ce même village : c’est vraiment faisable ! Il y a des marshrutkas (mini-bus) qui assurent la liaison entre Jalal-Abad et Kirov toute la journée, tout ce dont vous avez besoin c’est de savoir où les prendre ou éventuellement de savoir quoi dire au chauffeur de taxi si vous préférez cette solution (adresses au bas de l’article). Enfin pour les personnes qui arriveraient en voiture, la maison est facile à trouver de par sa situation proche de la grande route nommée “Osh-Bishkek”.

Jusqu’à présent Shahnoza a seulement accueilli des touristes pendant la principale saison touristique (de mai à septembre) mais pour elle ça n’est pas un problème si certains veulent venir en dehors de cette période, du moment qu’ils l’appellent quelques jours auparavant. Une fois sur place elle propose de nombreuses activités : “Je peux par exemple leur apprendre comment coudre nos traditionnelles nattes appelées “tushuk”, comment cuisiner nos plats locaux ou encore comment cuire notre pain dans le four spécial, le “tandoor”. Je peux aussi leur organiser des balades à cheval ou à dos d’âne, des rencontres avec les agriculteurs locaux qui seront heureux de leur montrer leurs champs. Ils peuvent aussi se promener pour voir le village par eux-mêmes s’ils le souhaitent”. La formule habituelle du CBT comprend la nuit et le petit-déjeuner, mais là encore Shahnoza est flexible : “je dois de toute façon cuisiner pour ma famille, alors si mes clients veulent aussi déjeuner et/ou dîner ça n’est pas un problème ! Pour le petit-déjeuner je prépare une table avec du jus de fruits frais, du miel local, de la confiture maison, des fruits secs, du pain au tandoor et bien sûr le traditionnel thé”. Les touristes peuvent également faire le choix de rester avec la famille pour dormir ou préférer une chambre privée, sans surcoût.

Enfin, Shahnoza m’a parlé d’une option qui pourrait être très intéressante pour les petits budgets tentés par une expérience au long cours dans une famille locale : il est possible de rester en tant que volontaire pour un moment, d’aider de différentes manières dans la maison et d’être logée et nourrie gratuitement en échange. Cette proposition ne serait cependant que pour les jeunes filles ou les femmes.

(photos fournies par Shahnoza)

Shahnoza’adress :
Shahnoza Arapova
Street Abdurahmanov, 20.
Jalal-Abad region, Suzak rayon, Yar-Kishlak village (or Kirov village. The two can be used. If you take marshrutkas search for Kirov rather than Yar-Kishlak)
Mobile phone : 0550 85 86 83

Le bureau du CBT à Jalal-Abad :
Ms. Ruhsora Abdullaeva, coordinator
#3, 20 Toktogula St., Jalalabat town, Jalalabat Oblast, Kyrgyzstan
phone: + 996 3722 21962 , + 996 772 376602 (mobile)
e-mail: cbt_ja@rambler.ru

Où prendre les marshrutkas ou les taxis depuis Jalal-Abad vers Kirov :
(pour savoir exactement où descendre le mieux est de contacter Shahnoza directement. Essayez de faire en sorte d’avoir une application avec des cartes disponibles hors-ligne -comme Maps.me-, ça vous aidera bien !) 

Le point de repère gris Google indique l’emplacement du parking où se trouvent les marshrutkas et les taxis. Sur la droite on aperçoit la rue Toktogul où se trouve le bureau du CBT.

Interview with a GBT singaporian volunteer

Marcus.

MARCUS, 35 ans, de Singapour.
Marcus ou l’homme double. Citadin et passionné de nature. Maîtrise du mandarin et de l’anglais. Plutôt réservé mais capable de nous raconter l’histoire de Singapour pendant toute une soirée. Bref, un gars intéressant.

MARCUS, 35 years old, from Singapour.
Marcus or the double faced man. Urban and passionated by nature. Mandarin and english spoken. Kind of private but with the capacity of telling us about Singapour’s history during an entire evening. In short, an interesting guy. 

1/ Pourquoi as-tu choisi de faire du volontariat ?
Je veux faire quelque chose pour l’environnement, c’est ma passion. Vivant en ville au quotidien, participer à des projets de volontariat m’amène dans des endroits plus « nature » – même s’il y encore des coins de verdure et de nature dans Singapour (et la plupart des gens l’ignorent!)-.

1/ Why did you choose to volunteer ?
To do something for the environment which is my passion. As a city person, to volunteer brings you to wilder places – even if there is still green areas and wild life in Singapor (and most people don’t know that !) –

2/ Pour quelles raisons conseillerais-tu à d’autres personnes de faire du volontariat ?
C’est un bon moyen de visiter des endroits gratuitement ! (rires) Sérieusement je pense que chacun(e) doit trouver ses propres raisons… même si beaucoup de personnes commencent parce qu’elles veulent se rendre utiles pour une cause en laquelle elles croient.

2/ Why would you recomend other people to volunteer ?
It’s a free way to see many places and things ! (laughs) Seriously I think everybody has to find his own reasons… even if a lot of persons begin to volunteer because they want to be helpful for some cause they believe in.

3/ Pourquoi as-tu fais spécialement le choix du Great Baikal Trail ?
D’abord j’ai toujours été intéressé par le volontariat dans le domaine de l’environnement. Ensuite dans mes temps libres j’aime randonner et les activités plein air en général : le GBT est le mariage parfait de ces deux aspects ! C’était aussi plutôt proche et bon marché pour moi de rejoindre le Baikal depuis Singapour.

3/ Why did you especially choose the Great Baikal Trail ?
First I’ve always been interested in volunteering for environment. Second I personally like hikking and outdoors activities in general : the GBT is the perfect marriage of those two aspects ! It was also quite near and cheap for me to reach the Baikal from Singapor.

4/ Écologiquement parlant, qu’est-ce qui a de l’importance pour toi ? De quoi as-tu besoin pour te sentir à l’aise dans ton environnement ?
À propos de l’environnement il me semble que le plus important est que chaque citadin(e) réalise qu’il est possible de vivre avec le même confort tout en utilisant moins de ressources. Il n’est pas forcément nécessaire de revoir à la baisse son train de vie pour respecter l’environnement !

4/ Ecologically speaking, what is valuable for you ? What do you need to feel comfortable with your environment ?
Concerning environment I feel that the most important is that everybody in cities can realise that you can live with the same comfort while using less ressources. You don’t have to low your life standards to respect the environment !

5/ Comment te sentais-tu à l’idée de venir en Sibérie ? Qu’imaginais-tu de cette région ?
J’étais déjà venu il y a deux ans du coup je savais plus ou moins à quoi m’attendre. Cependant le ressenti est différent cette fois : il y a beaucoup plus de touristes chinois maintenant ! Par exemple maintenant en marchant dans la rue tu peux voir des panneaux publicitaires où il est écrit « plats chinois disponibles ici », ou même des inscriptions traduites en chinois pour les touristes dans les ferries… enfin et surtout, les températures devraient être plus élevées ! La dernière fois il ne faisait pas si froid alors que j’étais venu plus tard dans la saison ! (rires).

5/ How did you feel coming to Siberia ? What were your expectations about this region ?
I had been to this region 2 years ago already so I kind of knew how it would be. However the feeling was different : there are much more chineese tourists now ! For example now walking in the streets you can see advertising signs where it’s written “chineese food available here”, or even inscriptions for tourists in ferries that are translated in chineese… Last but not least, the weather should be warmer ! Last time even though I came later in the season it was not so cold (laughs).

6/ Quels conseils donnerais-tu aux personnes de ta région natale qui prévoient faire du volontariat avec le GBT ?
Je pense qu’ils devraient vraiment se préparer au froid, et s’attendre à un travail plutôt intense. Autrement je pense que mes amis de randonnée s’en sortiraient très bien ici !

6/ What would you recomend to the people of your homeregion who plan to volunteer with the GBT ?
I think they should very be prepared for the cold, and expect some hard work. Otherwise I think that my trekking friends would be doing great here !

7/ Enfin et surtout, la question bonus ! Y a-t-il des choses qui t’ont surpris ici pendant le projet ?
Oui, je dois avouer que je suis surpris que les locaux puissent participer à plusieurs projets par an, ou à un chaque année : ça prend du temps, ne doivent-ils pas travailler pour gagner de l’argent ? (rires) Ou peut-être qu’ils ont peu de dépenses ? Dans tous les cas c’est assez éloigné de la vie que je connais à Singapour.
J’ai aussi été positivement surpris de découvrir que le GBT existait depuis bientôt 15 ans. Ils sont très actifs et ont encore des financeurs qui les supportent. Pour moi ça en dit long sur la qualité de leur travail, car beaucoup d’organisation à but non lucratif doivent suspendre leurs activités au bout de quelques années.

7/ Last but not least, secret question ! Is there anyhing that surprised you here during this project ?
Yes, I must admit that I’m surprised that local people can participate in several projects in the year, or in one each year : it takes so much time, don’t they have to work to get money ? (laughs) Or maybe they have low life expenses ? Anyway it’s quite far from the life I know in Singapor.
Also, I was positively surprised to discover that the GBT is existing for 15 years soon. They are very active and still have funders to support them. As lot of non-profit organisations have to stop their activities after few years, for me it speaks a lot about the quality of the GBT’s job.

Interview with a GBT siberian volunteer

Nastia.

NASTIA, 19 ans, de Sibérie.
La plus jeune de notre groupe de volontaires, elle a pourtant activement participé au bon déroulement du projet. Une personne décidée au tempérament vif, passionnée par la nature.

NASTIA, 19 years old, from Siberia.
The youngest of our volunteers group, she still actively participated to the smooth functioning of the project. A determined person with an impulsive temperament, passionated by nature.

1/ Quand et pourquoi as-tu commencé à faire du volontariat ?
J’ai commencé à Irkutsk lors d’un festival international dédié aux enfants handicapés. J’ai aidé pour l’organisation, la communication, les décorations… Plus tard j’ai essayé de participer à d’autres manifestations socialement orientées en tant que volontaire, mais j’ai rapidement commencé à me sentir attirée par des projets reliés à la nature. C’est là que j’ai trouvé une façon d’occuper mon temps en m’amusant tout en aidant les gens et la nature !

1/ When and why did you start to volunteer ?
I started in an international festival in Irkutsk dedicated to disabled children. I helped with the organisation, the communication, decorations… later I tried to volunteer in other social happenings but soon I began to feel attracted to projects related with nature. There I found a way to spend my time having fun while helping people and nature at the same time !

2/ Pour quelles raisons recommanderais-tu à d’autres personnes de devenir volontaires ?
Selon moi chaque personne choisit son chemin… mais quand je discute avec mes amis je leur parle de l’occasion de faire quelque chose d’utile, de s’investir et de se sentir « plus qu’un légume »… et de faire quelque chose de fun aussi au final !

2/ Why would you recomend to other people to volunteer ?
In my opinion every person choose his way… but when I speak to my friends about volunteering I tell them about doing something useful, something that can make you feel like more than “just a vegetable”… and which is fun also in the end !

3/ Pourquoi avoir choisi le Great Baikal Trail ?
Deux amies proches de ma mère sont les filles du couple qui a fondé le GBT. Elles m’ont longtemps dit que je devrais aller voir cette organisation, que ça me plairait. Un jour j’ai tout simplement toqué à la porte… et découvert qu’elles avaient raison !

3/ Why did you choose the Great Baikal Trail ?
Two good friends of my mum are the daughters of the couple who founded the GBT. They have been telling me for a long time that I should go to this organisation, that I would like it. One day I just knocked on the door… and discovered that they were right !

4/ D’un point de vue écologique, qu’est-ce qui est important pour toi ? De quoi as-tu besoin pour te sentir à l’aise dans ton environnement ?
Je me sens toujours très en colère quand je vois les gens qui laissent leurs déchets n’importe où. Ça arrive souvent ici, même quand il y a  des poubelles prévues exprès. Pour moi il est important que les gens réalisent qu’eux aussi sont responsables de l’endroit où ils vivent.

4/ Related to ecology sphere, what is valuable for you ? What do you need to feel comfortable with your environment ?
I’m always really upset when I see that people leave their garbage anywhere. It happens often here, even when there is trash around. It’s important for me that people realise that they are also responsible for the place where they live.

5/ Tu es née en Sibérie : que dirais-tu à celles et ceux qui ne sont encore jamais venus dans cette région ?
Je leur dirais qu’en fait ça n’est pas si effrayant ici, par rapport à la météo par exemple. Ou peut-être que je m’y suis juste habituée… (rires) Sérieusement c’est une région merveilleuse, tellement étendue qu’il y a encore beaucoup d’endroits où je ne suis jamais allée. La Sibérie a son propre caractère, son âme à elle. Pour moi c’est un endroit spécial, avec toute une palette de nuances. Même les habitants de Sibérie ne s’y habituent pas : il reste toujours des trésors cachés à découvrir.

5/ You were born in Siberia : what would you say to people which never came to this region yet ?
I would say that actually it’s not so scarying here, about the weather for example. Or maybe I just got used to it… (laughs) Seriously it’s a wonderful region, so wide that I haven’t been to many places yet. Siberia has its own character, its own soul. I believe that this is a special place with many shades. Even siberian people can not get used to it : there is always something beautiful to discover.

6/ Quels conseils donnerais-tu aux personnes qui prévoient de faire du volontariat avec le GBT ?
Pour diminuer le niveau de stress peut-être devraient-ils avoir quelques bases à propos de la vie en camping, dans une tente, savoir faire du feu… S’ils ne savent pas il y aura bien sûr des personnes expérimentées qui pourront les aider et leur apprendre. Il faut aussi être conscient du fait que les projets durent entre 10 et 14 jours : ce temps plutôt long peut jouer sur l’humeur, l’état émotionnel. Et enfin ils seront au bord du Baikal mais en Sibérie donc il faut prendre son maillot de bain mais aussi des affaires chaudes et imperméables !

6/ What would you recomend to the people who plan to come to volunteer with the GBT ?
Well, to decrease the level of stress maybe you should know some basic things about camping, living in a tent, making fire… If you don’t know of course there will be experienced people who will help you and teach you. Also be aware that the projects last 10 or 14 days : it’s quite long and could be hard for your mood, your psychic balance. At last of course you are next to the Baikal but in Siberia so take your swimming suit but also warm clothes and raining coat !

7/ Enfin et surtout, la question bonus! Tu es la plus jeune de l’équipe mais tu as néanmoins le statut “d’assistante du responsable de groupe” : comment gères-tu cette situation ?
Tout d’abord, la réalité sur le terrain correspond aux attentes que j’avais. J’ai vu ici l’opportunité de m’épanouir,  et maintenant que la fin du projet approche je sens que mon but est en grande partie atteint. Bien sûr je me suis parfois sentie un peu déconcertée d’être la plus jeune mais j’ai apprécié l’expérience malgré tout, et Roma (le responsable de groupe) m’a aidé quand j’en avais besoin. Finalement je me rends compte qu’assistante est un rôle que je suis capable d’assumer. Je me suis sentie à ma place.

7/ Last but not least, secret question ! You are the youngest of the team, nevertheless you have the responsabilitie of being the crewleader assistant : how do you handle with this situation ?
First, the reality in the field matched with the expectations I had. I saw an opportunity here to raise myself and now that the project is close to the end I feel that I almost achieved this goal. Of course I sometimes felt a little bit confused because of being the youngest but anyway I enjoyed it, and Roma (the crewleader of the project) helped me when I needed. I realised that being crewleader assistant is a role that I can handle. I felt in the proper place.

Le Great Baikal Trail (GBT)

Trail building in Baikalsky reserve (photography from the Great Baikal Trail).

Entre le 27 août et le 5 septembre a eu lieu l’un des projets d’été du Great Baikal Trail (GBT). Cette association qui fêtera ses 15 ans en 2018 a pour mission le développement de l’écotourisme et d’une société socialement responsable au travers de projets de volontariat qu’elle organise. Concrètement c’est de cette façon que tous les chemins de randonnées actuellement praticables autour du lac Baikal ont été construits. En plus de leurs projets d’été et d’hiver, ils participent à de nombreux meetings pour promouvoir le respect de la nature en Sibérie. En cette fin d’été 2017 il ne s’agissait pour une fois pas de construire des chemins mais de rénover l’accès à une source d’eau potable, sur l’île d’Olkhon.

Cette île est l’un des passages hautement recommandé par les guides touristiques lorsque vous vous rendez de ce côté du lac, c’est-à-dire sur les rives sud-ouest. Si vous la rejoignez via les transports en commun depuis Irkutsk, vous arriverez en général à Khugir, la plus grande ville de l’île où se trouvent la plupart des guest houses. N’ayant eu qu’un rapide aperçu du lieu, je ne saurais vous en donner un avis. Cependant si vous en avez l’envie et l’occasion, je vous recommande vraiment de partir randonner en autonomie pour quelques jours plutôt que de rester en ville. Les endroits déserts ne manquent pas, pour sûr en cherchant un peu vous vous trouverez facilement un petit coin de paradis. Prévoyez par contre de quoi pouvoir retrouver votre chemin (GPS, téléphone…le GBT n’a pas encore balisé l’endroit), et des affaires chaudes ! Excepté en plein été les nuits peuvent être froides.

Pour ma part je m’y suis rendue en tant que volontaire dans le cadre de l’un des projets d’été du GBT, je n’ai donc pas eu grand chose à prendre en charge au point de vue logistique. Dans l’équipe nous étions 9, dont un tiers d’étrangers (singapourien, allemand et française), tous les autres volontaires étaient russes. Les activités étaient coordonnées par un responsable de groupe, une assistante-responsable et une interprète. Avant de commencer à travailler nous avons d’abord assisté à une cérémonie dirigée par un chaman. Le lieu est en effet considéré comme le centre sacré du monde des chamans du nord, et le respect des coutumes locales veut que la permission soit demandées aux esprits de l’île avant tout travail important sur celle-ci.

Après la cérémonie, le travail de déblayage a donc pu commencer pour de bon. La source avait été laissée à l’abandon depuis longtemps, seulement fréquentée par les animaux de l’île (principalement des chevaux et des vaches), ce qui rendait l’eau impropre à la consommation humaine. L’idée était de construire un bassin inaccessible aux animaux au niveau de la source afin qu’ils s’approvisionnent à peine plus loin dans la petite rivière. Ainsi, tout le monde aurait à nouveau accès à l’eau.
Armés de pelles, de pioches et de gants nous avons déplacé les pierres, enlevé la boue, pataugé dans l’eau, creusé, tassé, dégagé, déblayé… pour finalement replacer la plupart de la rocaille autour du nouveau bassin, mais de façon organisée cette fois ! Et au bout de quelques jours de travail en équipe le résultat était là (voir les photos à la fin de l’article).

Lorsque nous n’étions pas avec nos pelles et nos pioches autour de la source, nous avons passé pas mal de temps à organiser la vie du camp : cuisine (exclusivement) au feu de bois gérée à tour de rôle, construction de tables et de chaises en bois, organisation de la gestion des déchets… il y a eu aussi des moments de jeux (beaucoup) et de temps libre pendant lesquels j’ai pu recueillir quelques paroles de volontaires à suivre.

8 juin 2017 : Au revoir les montagnes kirghizes !

Pour remonter de “tout au sud du Kirghizstan” (Sary-Mogol) jusqu’à Bichkek “tout au nord”, il nous a fallu 3 jours à raison de 5h sur la route par jour en moyenne, avec un arrêt d’une nuit à Osh et à Toktogul. Malgré quelques frayeurs à cause d’un conducteur plutôt zélé sur la première partie du voyage, la deuxième nous a offert de beaux paysages lors des passages de col…

 

Passage de frontière kirghize-kazakhe. À peine une heure après avoir quitté la station ouest de Bishkek (Zapadnyie) nous passons aux premiers bureaux de contrôles. D’abord nous sortons du Kirghizstan, puis 100 mètres plus loin nous entrons au Kazakhstan. Un petit papier grand comme une page de passeport nous est remis, notre mission ne pas le perdre ! Et ne pas le coller non plus, ils le récupéreront à votre sortie du territoire… (testé et désapprouvé). Nous avons le droit de rester 30 jours sur le sol kazakhe, gratuitement. Le délai était auparavant de 15 jours mais a été rallongé d’autant pour favoriser la venue de touristes à LA Grande Expo d’Astana dont je vous reparlerai plus tard.

Sur notre droite les montagnes du Tian Shan (littéralement “montagnes célestes”) accompagnent notre départ, sur la gauche la steppe kazakhe nous tend ses bras immenses. Ayant l’objectif d’atteindre la Mongolie via le Kazakhstan plus que de visiter ce dernier, nous nous sommes très peu renseignés sur ce grand pays avant d’arriver. Je réalise après coup qu’à quelques jours près nous aurions presque pu accueillir Thomas Pesquet à son retour de la station spatiale ! (Reste que l’accès à Baïkonour, même s’il est ouvert aux touristes depuis quelques années, est encore coûteux et limité).

Dès les premiers kilomètres au Kazakhstan la différence d’infrastructure avec le Kirghizistan est frappante. La route est bien lisse, le marquage au sol bien visible, le bas-côté délimité, les panneaux de circulation bien clairs et nombreux. Et surtout, lorsque le chauffeur arrive derrière des camions s’il y a une ligne droite au sol il ne les double pas !  Après deux mois dans les transports en commun au Kirghizstan où l’on s’est finalement faits à l’existence de cette fameuse “3ème voie imaginaire” (celle que toi petit européen tu ne vois pas mais que tous les chauffeurs kirghizes connaissent), ça fait tout drôle 🙂

GERES : Forum nutrition en Mongolie

La veille du forum nutrition, dans les cuisines d’une école de Chuluut.

 

Le  16 août 2017, un forum nutrition co-organisé par le GERES et Santé Sud s’est déroulé à Chuluut, un petit village de l’Arkhangaï à 3h de Tsetserleg. Dans le cadre d’un travail sur le long terme, cette journée à l’allure plus festive avait pour but de sensibiliser le public aux effets bénéfiques sur la santé d’une alimentation équilibrée.

Le centre médico-social du village joue ici un rôle particulièrement important. Il est en effet très impliqué dans la démarche et relaie au quotidien des informations sur la nutrition auprès des patients. Depuis cette année l’établissement accueille même sur son terrain une serre solaire passive, gérée par les médecins avec l’appui des agronomes du GERES. La symbolique de cet engagement est forte, et les résultats concrètement observables par tous les habitants du village. En parallèle des légumes qui sont cultivés dans la serre, des arbres ont aussi été plantés cette année : des cassissiers et des argousiers, ces derniers étant particulièrement adaptés au climat mongol.

 

 

En amont du forum il a fallu préparer de quoi régaler la centaines d’invités attendus, tâche à laquelle se sont attelées bénévolement une dizaine de cuisinières locales. Au menu de nombreuses recettes végétariennes inspirées pour certaines des plats traditionnels locaux, comme les fameux “buuz”. Ces grosses ravioles maisons, très populaires en Mongolie, sont habituellement garnies d’une farce à la viande et aux oignons. La recette était pour l’occasion fortement enrichies de légumes, tout en gardant un petit peu de viande (quand même !). Un délice… qui a rencontré un grand succès lors de la dégustation.

 

En fin de journée une réunion debriefing a permis de recueillir les retours, sur le forum et plus généralement sur les actions au long terme du GERES Mongolie. Quatre représentants des hôpitaux voisins étaient présents, très intéressés par la démarche de Chuluut.

La directrice régionale de la santé ouvre la discussion. Selon elle l’importance du GERES est capitale dans le développement de l’agriculture locale. Elle souligne également l’importance des soutiens financiers.
Le gouverneur du sum de Chuluut continue, très positif aussi : le GERES aide à montrer que faire pousser des légumes sous leur climat est possible. Il relève aussi l’intérêt du positionnement de la serre sur le centre médico-social, un emplacement stratégique pour la diffusion au grand public. Il semble convaincu de l’importance des légumes dans un régime alimentaire de qualité.
Le directeur régional de l’agriculture renchérit : la serre attenante à l’établissement n’est pas dans une logique de rentabilité économique, il est donc plus facile de se concentrer sur l’aspect santé.
La directrice de la maison de santé de Chuluut, fortement impliquée dans le projet, a déjà commencé à utiliser les légumes produits dans la serre pour traiter ses patients (par exemple du jus d’artichaut, connu pour ses propriétés diurétiques).
Le chef de projet du GERES Mongolie intervient à son tour, commençant par remercier tous les intervenants précédents. Il rappelle le challenge autour de la serre bioclimatique du centre médico-social : est-il concrètement possible que le centre gère au quotidien la serre et les légumes en plein champs tout en s’en servant pour améliorer le soin aux patients ? Afin de voir si l’autonomie est réellement possible et pour éviter de falsifier les résultats, le GERES n’a intentionnellement pas fourni d’aide en terme de personnel. Cette expérience est une première : tout l’intérêt est de voir si elle est viable et éventuellement duplicable ailleurs.
Les représentants des centres voisins sont invités à échanger avec le personnel de la maison de santé de Chuluut, à apprendre de leur expérience. Le GERES peut également être sollicité pour les questions concernant la construction des serres et leur coût. Selon le chef de projet du GERES Mongolie, à partir du moment où des gens sont motivés, il sera toujours possible de trouver des financements…
Une description des critères de sélection pour les prochains bénéficiaires du GERES conclue la réunion : des agriculteurs avec déjà un peu d’expérience notamment dans les champs, avec une surface de terrain suffisante et qui soient capables de co-financer l’installation de la serre bioclimatique.

 

Le Naadam festival en Mongolie

Avant chaque combat, les lutteurs font la danse de l’aigle autour du drapeau mongol.

Notre voyage en Mongolie a débuté le 10 juillet, juste avant la fermeture des frontières* pour le grand festival du Naadam du 11 au 13 juillet. Depuis 2010, celui-ci est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Chaque année des fêtes sont donc organisées dans tout le pays, la plus grande d’entre elles ayant lieu dans la capitale Oulan-Bator (ou Ulanbaatar*). Une retransmission en direct est diffusée à la télévision. Nous avons pour notre part assisté aux jeux d’Ulgii (ou Ölgii), la plus grande ville de l’ouest de Mongolie. C’était malgré tout un festival de province, plus souple dans son organisation, plus convivial, moins touristique aussi. Personnellement j’ai bien apprécié ce côté moins officiel.

〈Petite parenthèse, il faut savoir que les villes en Mongolie sont toujours orthographiés d’au moins 2 façons (en alphabet latin). Et qu’en plus de ça certaines ont changé de nom ces dernières années, sans que le passage de l’ancien au nouveau soit bien officiel. Sur place ça peut parfois porter à confusion… par exemple quand on veut acheter un billet de bus. N’hésitez pas à bien vous faire confirmer votre point de chute, quitte à le montrer sur une carte !〉

Je reviens au Naadam. Des sportifs sont mis à l’épreuve dans les 3 disciplines traditionnelles que sont la course à cheval, le tir à l’arc et la lutte mongole. Théoriquement peut participer qui veut aux compétitions, les disciplines étant fortement rattachées au mode de vie traditionnel des mongols. Les courses à cheval et le tir à l’arc sont désormais aux jeunes filles et aux femmes mais la lutte reste réservée aux hommes. Cette exclusivité expliquerait d’ailleurs la forme de leur costume de lutteurs : le boléro largement ouvert sur la poitrine serait dû au fait qu‘une jeune femme ait un jour terrassé tous les lutteurs hommes, dissimulant sa poitrine sous des tissus très serrés. Avec cet habit, il est désormais impossible de cacher son genre… Bon par contre l’explication sur l’échancrure prononcée de leurs slips de combat reste trouver ! Il n’y a pas de catégorie de poids, ce qui peut rendre les premiers rounds assez étonnant à voir pour un œil non averti ! Lors du combat, celui qui parvient à faire toucher le sol à son adversaire avec une autre partie que les pieds ou les mains est déclaré vainqueur. Pour atteindre ce but il n’y a en revanche aucune limite de temps imposée, ce qui peut rendre les combats un peu longuets pour certains spectateurs. En revanche si vous sentez la passion de la lutte mongole poindre en vous ne vous retenez pas, cet article du Ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme de Mongolie vous en expliquera tous les détails ! Et dans tous les cas vous pouvez aussi regarder les photos ci-dessous 🙂

 

* même si le festival ne dure que 2 ou 3 jours, la semaine entière est banalisée pour les passages de frontières. Attention aux dates lors de vos demandes de visa pour la Chine ou la Russie !

** signifie “le héros rouge” en référence à la période soviétique.

 

Au stade d’Ulgii, la lutte mongole et les attractions en tout genre.

 

 

À une vingtaine de minutes d’Ulgii dans les montagnes, la courses de chevaux.

 

2 juin 2017 : au pied du pic Lénine

Depuis le village de Sary-Mogol.

Après 2 jours à 3000 mètres, notre corps semble avoir fini la mise à jour nous pouvons à nouveau nous déplacer normalement sans être essoufflés au bout de 10 mètres  !
Du coup à la mi-journée nous partons vers le lac Tulpar-Kol, à 25 kilomètres de Sary-Mogol en direction du pic Lénine. Dans quelques jours des camps de yourtes pour les touristes vont progressivement s’installer là-haut et il sera possible d’y passer la nuit. Pour l’heure il est aussi possible de louer une tente et des duvets chauds (pour 400 soms chacun soit à peine 6 euros). Nous hésitons, mais il ne nous reste pas beaucoup de temps ici, nous devons repartir bientôt pour rentrer progressivement à Bichkek avant la fin de notre visa.
Finalement nous optons pour l’aller-retour dans la journée en taxi. Le chauffeur est vraiment sympa et s’arrête plusieurs fois pour nous proposer de prendre des photos, n’hésitant pas à faire du hors-piste en se marrant. Il nous laisse 2 kilomètres avant le lac, ce qui nous laisse quand même le plaisir de faire un petit effort musculaire avant d’arriver à notre objectif. Nous croisons des troupeaux de chevaux et de vaches qui pâturent tranquillement en bandes. Et aussi des yacks ! 🙂 Nous grimpons de petites collines, et nous découvrons de petits lacs cachés. Au bout se découpent des montagnes enneigées imposantes, dont le pic Lénine. Le paysage est juste magnifique…

Nous restons quatre bonnes heures là-haut. Le chauffeur nous a donné carte blanche, alors on en profite. Il est aussi guide de montagne, et déblaie les passages encore enneigés. Demain, les véhicules sont censés passer pour amener les yourtes au camps de base du CBT.
Sur le retour, il s’arrête dans une ferme qu’il connaît déjà visiblement bien. Il vient récupérer quelques produits pour lui, mais pas seulement ! Il veut que nous goûtions le kumiss, la célèbre boisson au lait de jument fermenté. Ni une ni deux, on se retrouve à la place des invités dans la maison des fermiers. Un bol chacun, on trinque… bon, je ne vais pas vous cacher que le goût est… assez particulier. Mais ça valait le coup d’essayer, ça y est on est baptisés ! Notre hôte nous offre aussi du pain, de la crème et du fromage frais de yack… Ça par contre on apprécie ! D’ailleurs nous repartons avec un petit pot de verre rempli de crème de yack offert sur le départ. L’hospitalité kirghize encore une fois… Surtout que depuis quelques jours c’est le ramadan, et nous sommes donc les seuls à manger! Tout le monde ne le fait pas parmi les locaux, mais apparemment ça ne pose aucun problème à ceux qui jeûnent.
Nous repartons, notre chauffeur entame une douce chanson en arabe, c’est beau. Ça n’est pas la première fois qu’un kirghize nous pousse la chansonnette, le chant semble encore être important dans leur culture. Il nous invite à lui chanter une chanson en français. Habituellement plus timides qu’eux pour donner de la voix en public, nous nous lançons quand même, avec “La vie en rose” d’Edith Piaf. Nous sommes récompensés de notre effort, il nous applaudit chaleureusement et lance un cri de joie (une sorte de “yipiiiiiiii”) en faisant mine de jeter son bonnet par terre. Il est un peu fou et super sympa, on se marre.

La serre bioclimatique

La construction d’une serre bioclimatique dans le Khentii, Mongolie.

Serre bioclimatique : quelles différences avec une serre classique ?

L’une des actions phares du GERES Mongolie est d’aider techniquement et financièrement les agriculteurs dans la construction de serres bioclimatiques également appelées serres solaires passives. En effet du fait du climat continental extrême, la période de production agricole dans ce pays est courte : pas plus de 4 mois par an. Il en résulte une dépendance pour l’approvisionnement en légumes auprès de la Chine et de la Russie ainsi qu’une diversification alimentaire limitée. Le grand atout de ces serres bioclimatiques est qu’elles permettent d’étendre la période de production allant jusqu’à la doubler.

Le principe

La Mongolie est un pays avec un fort taux d’ensoleillement (de 60% à 70%) malgré les températures qui peuvent être très basses. C’est pourquoi cette serre y est particulièrement adaptée.

 

Le fonctionnement d’une serre bioclimatique (source : apte-asso.org)

Comparée aux serres classiques (armature métallique ou en bois + revêtement plastique), une serre bio-climatique présente les différences suivantes :
– la partie orientée nord est construite en dur, généralement un mur vertical de briques creuses remplies de terre pour l’isolation*.
– la moitié du toit est également en dur, incliné avec plusieurs fenêtres permettant de générer une circulation de l’air si besoin (particulièrement en été).
– les parois est et ouest sont aussi en briques et permettent la circulation de l’air : d’un côté la porte, de l’autre côté une fenêtre.
– le reste de la structure (orientée sud donc) est couverte par une bâche plastique.

L’énergie solaire captée dans la journée est en partie stockée par le mur de la serre. Ce dernier restituera aux cultures la chaleur accumulée pendant la nuit ou les jours nuageux. Ainsi il devient non seulement possible de produire sur une plus longue période, mais aussi de préparer ses semis dès le printemps et de prolonger la saison jusque dans un automne bien avancé.

Choisir l’emplacement de la serre

Avant d’installer une serre bioclimatique, certains critères essentiels doivent être pris en compte :
– le terrain doit être plat ou orienté sud.
– les conditions pédoclimatiques du sol doivent être un minimum favorables à l’agriculture.
– un système d’irrigation doit être facilement accessible durant toute la saison.
– l’emplacement doit permettre un ensoleillement d’au moins 6h par jour entre mars et novembre.

Concernant ce dernier point, il faut particulièrement veiller aux “obstacles au soleil” pouvant apporter de l’ombre sur la serre : montagnes voisines, immeubles, maison… quelques calculs simples peuvent éviter de petites erreurs qui auraient un grand impact.
Par exemple si une yourte de 3 mètres de hauteur se trouve en face de la serre, cette dernière doit se trouver à une distance égale à 2 fois la hauteur de l’habitation, soit 6 mètres.

Pour plus de détails vous pouvez aussi consulter l’article de l’Association pour la Promotion des Techniques Écologiques sur le sujet !

 

* Cette méthode est celle qui est généralement appliquée en Mongolie, mais concrètement d’autres matériaux et d’autres méthodes d’isolation existent.