Community Based Tourism : a story of developing eco-tourism in Jalal-Abad region

The Community Based Tourism (CBT) is a Kirghiz network that promotes sustainable tourism. As explained on their website, their main objective is “to improve the living conditions of people in remote mountain regions, by developing rural tourism without harming the natural environment and culture of local people”. CBT’s offices began to appear in the 2000’s in the main touristic places, with the support of the NGO Helvetas Swiss Intercooperation. The idea was to put tourists searching for accomodation in contact with local people who can host them in their own house.
Compared to traditional hosting offers such as hotels and hostels, to live with the local people is a unique chance to see and understand the Kirghiz culture more deeply. The CBT’s workers speak English well, and as this is not the case for lot of Kirghiz people, they can be really helpful when you arrive in new unknown places. Besides accomodation, they can also provide good informations about the activities in the region.

During my stay in Kirov (a little village near Jalal-Abad) I met with Shahnoza, a member of the Jalal-Abad CBT network. Working as a private English teacher, she is also the mother of 4 children from 3 to 10 years old. Being hosted by her relatives in another house of the village, I visited her one afternoon at her large house. She welcomed me with a tea, delicious local honey and homemade jam ready to spread on tandoor bread… the perfect conditions for us to have a chat about how she became a member of the CBT.

 

From the courtyard of Shanoza’s family house.

“In 2000 I was entering university. My father was working with the NGO Helvetas Swiss Intercooperation and he told me about this new organisation which was taking shape in Kyrgyzstan : the Community Based Tourism. Then an office in Jalal-Abad was opened by a local woman, Ruhsora. I contacted her, we got on well and quickly I began to work there. I was still living at my parents’home at that time and I myself welcomed tourists there through the CBT. But when I got married and left home I had to stop this activity… with my husband we were very busy with the construction of the house and later with our children.”

But last year Ruhsora called her back. Lately several tourists interested in agro-tourism had been visiting the CBT office : they wanted to meet with farmers and see their field, to know more about the life in the villages. “She asked me if I wanted to return to the CBT. My children were not young anymore, and I really liked the idea of being part of the network again therefore I began to welcome guests in our own house”. Last year she participated in a special training organised for the hosts about how to make tours in the countryside. Then before she started to welcome tourists people from the head office visited her, as they do for every registered guesthouse each year. According to the services she could provide she was evaluated with “2 edelweiss” on a scale from 1 to 3.

When Shahnoza expresses her feelings about the Community Based Tourism she stresses the positive impacts on the family life, especially for women : “It allows families to get an income without the need for women to go faraway. Here the responsibility to grow children comes to mothers, and it’s important for them to take care of them”. Promoting family cohesion, this particular way to welcome tourists can be a source of personal fulfilment at the same time : “when we (women) receive guests at home and they are thankful for our welcome, we experience a kind of achievment, a feeling of belonging to the society. It’s also a chance for us, and for the children even more, to meet people with another culture.”

As Shahnoza’s house is located in a little village 20 minutes from Jalal-Abad, it isn’t always easy to make people come. A lot of them still think that it will be easier to stay in the main city. However on this point I can testify, as I stayed in this same village for 2 weeks : it’s really doable ! There are marshrutkas all day long between Jalal-Abad and Kirov, all you need is to know where to catch them, or possibly to know what to say to the taxi driver if you prefer this option (adress below the article). At last for people who would arrive by car, the house is easy to reach thanks to its situation near the Osh-Bishkek road.

Until now Shahnoza has only welcomed tourists during the main touristic season (from May to September), but for her it’s not a problem if people want to come outside of this period, as long as they call her a few days before. Once at her place she offers a lot of different activities : “For example I can teach them how to sew our traditional thick mats called “tushuk”, how to cook our local meals or even how to bake our bread in the special oven, the “tandoor”. I can also organise for them horse or donkey rides, meetings with local farmers who will be happy to show their fields. They also have the possibility to walk around by themselves to see the neighbourhood if they wish”. The usual CBT package includes the night and the breakfast but here again Shahnoza is flexible : “I have to cook anyway for my family, so if my guests want also to have lunch and/or dinner it’s not a problem ! For breakfast I prepare a table with fresh fruit juice, local honey, homemade jam, dried fruit, tandoor bread and of course the traditional tea”. Also, the guests can choose whether they want to stay with the family for the night or prefer a private room, without any additional cost.

At last, Shahnoza told to me about another option which could be very interesting for low-budget travellers who are tempted by a longer experience in a local family : you can stay as a volunteer for a while, help in different ways in the house and be hosted and fed for free in exchange. However this offer would be only for girls or women.

(photos provided by Shahnoza)

Shahnoza’adress :
Shahnoza Arapova
Street Abdurahmanov, 20.
Jalal-Abad region, Suzak rayon, Yar-Kishlak village (or Kirov village. The two can be used. If you take marshrutkas search for Kirov rather than Yar-Kishlak)
Mobile phone : 0550 85 86 83 (whatsapp available)

CBT office : 
Ms. Ruhsora Abdullaeva, coordinator
#3, 20 Toktogula St., Jalalabat town, Jalalabat Oblast, Kyrgyzstan
phone: + 996 3722 21962 , + 996 772 376602 (mobile)
e-mail: cbt_ja@rambler.ru

Where to catch marshrutkas and taxis from Jalal-Abad to Kirov :
(to know exactly where to get off the best is to ask Shahnoza directly. Try to make sure you have an application with maps available offline -like Maps.me-, it will help you a lot !)

The grey eyemark shows the parking where you will find marshrutkas and taxis to Kirov. On the right side is the Toktogul street where the CBT’s office is located.

Community Based Tourism : l’histoire d’un éco-tourisme naissant dans la région de Jalal-Abad

Le Community Based Tourism (CBT) est un réseau kirghize qui promeut le tourisme durable. Comme ils l’expliquent sur leur site internet, leur objectif principal est “d’améliorer les conditions de vie des habitants de régions isolées montagneuses, en développant le tourisme rural dans le respect de l’environnement et de la culture locale”. Avec le support de l’ONG Helvetas Swiss Intercooperation, des bureaux “CBT” ont commencé à apparaître dans les années 2000 dans les principaux endroits touristiques. L’idée était de mettre en contact les touristes en recherche de logement et des locaux qui pouvaient les héberger chez eux.
Comparé aux offres traditionnelles d’hébergment comme les hôtels ou auberges de jeunesse, le logement chez l’habitant est une chance unique de pouvoir voir et comprendre plus en profondeur la culture kirghize. Les salariés du CBT parlent anglais couramment, et étant donné que ça n’est pas le cas de nombreux kirghizes, ils peuvent être de bon secours lorsque vous arrivez dans de nouveaux endroits inconnus. En dehors de l’hébergement, ils sont aussi capables de vous donner toutes les informations nécessaires sur les activités touristiques de la région.

Lors de mon séjour à Kirov (un petit village proche de Jalal-Abad) j’ai rencontré Shahnoza, l’une des membre du réseau de maisons d’accueil du CBT de Jalal-Abad. Travaillant comme professeur d’anglais privée, elle est aussi mère de 4 enfants âgés de 3 à 10 ans. Étant hébergée par des membres de sa famille dans une autre maison du village, je lui ai rendu visite dans sa grande maison lors d’un après-midi. Elle m’a accueillie avec du thé, un délicieux miel local et de la confiture maison prête à étaler sur le pain local “tandoor bread”… une mise en condition parfaite pour discuter de ses débuts au CBT.


Depuis la cour intérieure de la maison de Shanoza.

“En 2000 j’entrais à l’université. Mon père travaillait avec l’ONG Helvetas Swiss Intercooperation et il m’a parlé de cette nouvelle organisation qui se mettait en place au Kirghizstan : le Community Based Tourism. Puis un bureau CBT a été ouvert à Jalal-Abad par une femme d’ici, Ruhsora. Je l’ai contacté, nous nous sommes bien entendues et rapidement j’ai commencé à travailler là-bas. À cette époque je vivais encore chez mes parents et j’ai moi-même accueilli des touristes là-bas via le CBT. Mais après quand je me suis mariée et que j’ai quitté la maison j’ai dû stopper cette activité… avec mon mari nous étions très occupés avec la construction de la maison et plus tard avec nos jeunes enfants.”

Mais l’année dernière Ruhsora l’a rappelée. Plusieurs touristes intéressés par l’agro-tourisme étaient passés par le bureau du CBT récemment : ils voulaient rencontrer les agriculteurs et voir leurs champs, en savoir plus sur la vie dans les villages. “Elle m’a demandé si je voulais réintégrer le CBT. Mes enfants n’étaient plus en bas-âge, et j’aimais vraiment l’idée de faire à nouveau partie du réseau. J’ai donc commencé à accueillir des personnes dans notre propre maison”. L’année dernière elle a participé à un stage spécialement organisé sur le thème de l’accueil touristique en milieu rural. Puis avant qu’elle ne puisse commencer à accueillir des touristes, des personnes du siège du CBT lui ont rendu visite, comme ils le font annuellement pour chaque maison membre du réseau. Conformément à l’accueil qu’elle est en mesure de proposer,  “deux eldelweiss” lui ont été attribuées, sur une échelle de 1 à 3. 

Lorsque Shanoza exprime son ressenti sur le Community Based Tourism, elle souligne les impacts positifs sur la vie de famille, en particulier pour les femmes : “Cela permet aux familles de percevoir un revenu sans que les femmes n’aient à se rendre dans des endroits trop éloignés. Ici la responsabilité d’élever les enfants revient aux mères, et c’est important pour elles de prendre soin d’eux.” Tout en permettant la cohésion familiale, cette forme d’accueil est une source d’épanouissement personnel : “quand nous (les femmes) recevons des touristes chez nous et qu’ils sont reconnaissants de l’accueil que nous leur faisons, nous ressentons une forme d’accomplissement, un sentiment d’appartenance à la société. C’est aussi une chance pour nous, et encore plus pour les enfants, de rencontrer des personnes issues d’autres cultures”.

Du fait que la maison de Shanoza soit située dans un petit village à 20 minutes de Jalal-Abad, il n’est pas toujours facile de faire venir les touristes. Beaucoup d’entre eux pensent encore qu’il sera plus facile de rester dans la grande ville. Pourtant sur ce point je peux témoigner puisque je suis restée plus deux semaines dans ce même village : c’est vraiment faisable ! Il y a des marshrutkas (mini-bus) qui assurent la liaison entre Jalal-Abad et Kirov toute la journée, tout ce dont vous avez besoin c’est de savoir où les prendre ou éventuellement de savoir quoi dire au chauffeur de taxi si vous préférez cette solution (adresses au bas de l’article). Enfin pour les personnes qui arriveraient en voiture, la maison est facile à trouver de par sa situation proche de la grande route nommée “Osh-Bishkek”.

Jusqu’à présent Shahnoza a seulement accueilli des touristes pendant la principale saison touristique (de mai à septembre) mais pour elle ça n’est pas un problème si certains veulent venir en dehors de cette période, du moment qu’ils l’appellent quelques jours auparavant. Une fois sur place elle propose de nombreuses activités : “Je peux par exemple leur apprendre comment coudre nos traditionnelles nattes appelées “tushuk”, comment cuisiner nos plats locaux ou encore comment cuire notre pain dans le four spécial, le “tandoor”. Je peux aussi leur organiser des balades à cheval ou à dos d’âne, des rencontres avec les agriculteurs locaux qui seront heureux de leur montrer leurs champs. Ils peuvent aussi se promener pour voir le village par eux-mêmes s’ils le souhaitent”. La formule habituelle du CBT comprend la nuit et le petit-déjeuner, mais là encore Shahnoza est flexible : “je dois de toute façon cuisiner pour ma famille, alors si mes clients veulent aussi déjeuner et/ou dîner ça n’est pas un problème ! Pour le petit-déjeuner je prépare une table avec du jus de fruits frais, du miel local, de la confiture maison, des fruits secs, du pain au tandoor et bien sûr le traditionnel thé”. Les touristes peuvent également faire le choix de rester avec la famille pour dormir ou préférer une chambre privée, sans surcoût.

Enfin, Shahnoza m’a parlé d’une option qui pourrait être très intéressante pour les petits budgets tentés par une expérience au long cours dans une famille locale : il est possible de rester en tant que volontaire pour un moment, d’aider de différentes manières dans la maison et d’être logée et nourrie gratuitement en échange. Cette proposition ne serait cependant que pour les jeunes filles ou les femmes.

(photos fournies par Shahnoza)

Shahnoza’adress :
Shahnoza Arapova
Street Abdurahmanov, 20.
Jalal-Abad region, Suzak rayon, Yar-Kishlak village (or Kirov village. The two can be used. If you take marshrutkas search for Kirov rather than Yar-Kishlak)
Mobile phone : 0550 85 86 83

Le bureau du CBT à Jalal-Abad :
Ms. Ruhsora Abdullaeva, coordinator
#3, 20 Toktogula St., Jalalabat town, Jalalabat Oblast, Kyrgyzstan
phone: + 996 3722 21962 , + 996 772 376602 (mobile)
e-mail: cbt_ja@rambler.ru

Où prendre les marshrutkas ou les taxis depuis Jalal-Abad vers Kirov :
(pour savoir exactement où descendre le mieux est de contacter Shahnoza directement. Essayez de faire en sorte d’avoir une application avec des cartes disponibles hors-ligne -comme Maps.me-, ça vous aidera bien !) 

Le point de repère gris Google indique l’emplacement du parking où se trouvent les marshrutkas et les taxis. Sur la droite on aperçoit la rue Toktogul où se trouve le bureau du CBT.

Interview with Jael Anja Furer

Interview en plein air de deux éleveurs de yack par Jael dans les montagnes de l’Alaï.

 

Jael Anja Furer, 23 years old, is coming from Switzerland. As part of her studies in agronomy, she’s currently doing an internship with the NGO Helvetas Swiss Intercooperation, focusing on the value chain of yaks.

Jael Anja Furer, 23 ans, vient de Suisse. Dans le cadre de ses études en agronomie, elle fait actuellement un stage au sein de l’ONG Helvetas Swiss Intercooperation sur le thème de la filière yack durable. 

1/ Hello Jael, can you explain what is your academic background ?
1/ Bonjour Jael, peux-tu me parler de ton cursus universitaire ?

Hello ! I started an apprenticeship in agriculture when I was 15, it lasted for 3 years (in Switzerland around 50% of the students professionalize themselves while still teenagers. At 15 they begin an apprenticeship of 3 or 4 years, depending on the sector they choose. After this they can either study one year to go to university if they have good results, or directly start to work). During this period I lived on 3 different farms. The first 2 years we were alternating 10 days of work with 2 days at school, and the last year we had 4 months at school and had to work at the farm during weekends. After this, I studied one year in preparatory natural sciences class with the idea to enter university after. But before starting “hard stuff” I left to New Zealand : I worked during 7 months on a mixed sheep and crop farm.
Then I came back and started university in agronomy, specialising on international agriculture. I had to work at the same time as floor layer to finance my studies. I’m currently in the third year… (the university course last 3 years and 6 months)

Bonjour ! À 15 ans j’ai commencé un apprentissage en agriculture qui a duré 3 ans (en Suisse environ 50% des étudiants se professionnalisent alors qu’ils sont encore adolescents. À 15 ans ils commencent un apprentissage pour 3 ou 4 ans selon le secteur choisi. Ils peuvent ensuite choisir entre une année de prépa université s’ils ont de bons résultats ou commencer directement à travailler). Durant cette période j’ai travaillé dans 3 fermes différentes. Les 2 premières années nous alternions 10 jours de travail avec 2 jours d’école, et la dernière année nous avons eu 4 mois pleins à l’école avec travail à la ferme pendant les weekend.
Après ça j’ai fait un an de classe prépa sciences naturelles avec l’idée de poursuivre mes études à l’université. Mais avant de « rentrer dans le dur » je suis partie en voyage en Nouvelle-Zélande : j’ai travaillé pendant 7 mois pour un éleveur de moutons là-bas.
Puis je suis revenue en Suisse et suis entrée à l’université d’agronomie, avec une spéciallisation en agriculture internationale. J’ai dû travailler à côté de mes études pour les financer, en posant du parquet les week-ends. Je suis actuellement en troisième année… (le cursus universitaire d’agronomie dure 3 ans et demi)

2/ … So you are almost done ! How did you get the opportunity to do your internship first with Helvetas, second in Kirghizstan ?
2/ … donc tu as bientôt fini ! Comment as-tu eu l’opportunité de faire ton stage d’une part avec Helvetas, et d’autre part au Kirghizstan ?

The university received various internship offers, and then teachers suggested to the students where they could go according to what they know from them. There were 22 offers for 18 students,
so we were not running out of choice. I immediately wanted to go to Kyrgyzstan even if I probably wouldn’t have gone as a tourist. The project with the yak herders looked very interesting to meand I wanted to know more about it.

L’université a reçu plusieurs offres de stage, à partir desquelles nos enseignants nous ont fait des propositions en concordance avec nos profils à chacun. Il y avait 22 offres disponibles pour 18 étudiants donc nous n’avons pas manqué de choix. J’ai tout de suite été attirée par le Kirghizstan même si je n’y serais probablement pas allée en tant que touriste. Le projet (du stage) avec les éleveurs de yacks m’a paru très intéressant et j’ai voulu en savoir plus.

3/ Ok. And what was your idea of this country before discovering it “for real” ?
3/ D’accord… et quelle idée te faisais-tu de ce pays avant de le découvrir « en vrai » ?

First I knew about the nice nature. Speaking with the student who did her internship here last year, I was expecting 6 challenging months. She was the first student ever to come, and had to go through some difficulties (like no shower in the house where she was living -and where I’m living now-, no possibility to cook for herself, no interpreter to help her in her job during the 4 first months of the internship…) So I arrived without expecting too much, open-minded. I discovered there had been big changes : now there is a great modern shower inside the house, an electric hob so I can cook, and I worked with an interpreter as soon as I began my internship. Therefore, I quickly relaxed myself when I arrived…

D’abord je savais que j’allais trouver de beaux paysages. Puis en discutant avec l’étudiante qui a fait son stage là-bas l’année dernière je me suis préparée à passer par quelques épreuves. À l’époque elle était la première stagiaire qu’Helvetas accueillait à Gulcha, et elle a dû faire face à certaines difficultés (comme par exemple pas de douche dans sa maison d’accueil, pas de possibilité de cuisiner, pas d’interprète pour l’aider dans son travail pendant les 4 premiers mois de son stage…). Je suis donc arrivée ouverte d’esprit, sans avoir de grandes attentes… et j’ai découvert sur place qu’il y avait eu de grands changements : maintenant il y a une très moderne et agréable douche à l’intérieur de la maison, une plaque électrique sur laquelle je peux cuisiner, et j’ai pû travailler avec un interprète dès le début du stage. Du coup je me suis rapidement détendue après mon arrivée…

4/ I know your work is still in process, but so far can you tell me about what you did since you are here, and what is the theme of your master thesis ?
4/ Je sais que ton travail est en cours, mais peux-tu me dire quel est le thème de ta thèse de master et ce que tu as fais ici jusqu’à maintenant ?

In fact about the theme Helvetas wrote down the goal I should achieve : “Analysis of value chains of yak products in Altai and Chon-Alai”. I first did some research and gathered some informations from Bishkek with the NGO Camp Alatoo. Then I met the first yak keepers, and prepare the questionnaire so I could start the first interviews. So far I collected 90 of them : around 50 from yak herders, the rest from other stakeholders like traders, butchers and so on.

Pour le thème c’est Helvetas qui me l’a fourni en accord avec leurs attentes : « Analyse de la filière durable de yack dans l’Alaï et le Chon-Alaï ». J’ai commencé par faire des recherches et collecter des informations depuis Bichkek (capitale du Kirghizstan) avec l’ONG Camp Alatoo. Puis je suis allée à la rencontre des premiers éleveurs de yacks, ce qui m’a aidé à mettre au point mon questionnaire pour les futures interviews. Jusqu’ici j’ai recueilli 90 témoignages : 50 d’éleveurs de yacks et le reste des autres parties prenantes comme les revendeurs, les abattoirs etc.

5/ Can I ask you what is your opinion about the agriculture sector in the area project (Alai and Chon-Alai regions) ?
5/ Avec le recul que tu as maintenant, puis-je te demander ton avis sur le secteur agricole dans la zone du projet (les régions de l’Alaï et du Chon-Alaï) ?

I realised that Kyrgyz agriculture focuses on livestock whereas it could easily diverse on vegetables. Animals are often in bad conditions, the pasture are overgrazed and it compounds the landslide problem. The situation is severe…
If I could do a suggest I would say : decrease quantity and increase quality. In fact they are already producing good quality products, but I feel they are not aware of it so they sell under-price.

J’ai réalisé que l’agriculture kirghize se concentre principalement sur l’élevage alors qu’elle pourrait facilement se diversifier avec plus de maraîchage. Les animaux sont souvent en mauvaise santé, les pâturages sur-exploités ce qui provoque l’érosion des sols et des glissements de terrains. La situation est grave… Si je pouvais faire une suggestion je dirais : diminuez la quantité et augmentez la qualité. En fait ils produisent déjà de la qualité, mais j’ai l’impression qu’ils n’en sont pas suffisament conscients ; par conséquent ils sous-vendent leurs produits.

6/ I see… and what are your plans for the following 4 months and a half that you have left here ?
6/ Je vois… et quels sont tes plans pour le temps de stage qu’il te reste à passer ici ?

I have to keep on interviewing yak keepers, but also traders, veterinars… that is to say as many people as possible along the value chain. I will compare the situation here with the one of other countries, do a cost analysis to see where is it possible to add value to this value chain.

Je dois continuer à interviewer des éleveurs de yacks, mais aussi des revendeurs, des vétérinaires… c’est-à-dire autant de personnes que possible sur l’ensemble de la filière. Je prévois aussi de faire la comparaison entre la situation ici et celle d’autres pays, ainsi qu’une analyse des coûts pour trouver où il est possible d’ajouter de la valeur dans la filière.

7/ Ok…thank you very much for your time. So, what can I wish to you for the future ?
7/ D’accord… merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à toutes ces questions. Que puis-je te souhaiter pour le futur ?

That I’m going to achieve my goals… that all this will be useful for the people here. In fact I don’t give a shit for my studies…(laughs)

Que j’atteigne mes objectifs… que tout ça soit utile pour les personnes qui vivent ici. Au final mes études ne sont pas ma principale préoccupation… ! (rires)

Interview with Aidai Kozhalieva

Aidai Kozhalieva, dans les locaux d’Helvetas à Gulcha.

Aidai Kozhalieva is a kirghize woman of 24 years old. She was born in a little town on Issyk-Kul lake and then moved to Bichkek where she began a successful academic career. Since march 2016 she works as a local economic development facilitator in the Swiss NGO, Helvetas Swiss Intercooperation.

 

Aidai Kozhalieva est une femme kirghize de 24 ans. Elle est née dans une petite ville autour du lac Issyk-Kul, puis a déménagé à Bichkek où elle a commencé une carrière universitaire couronnée de succès. Depuis mars 2016 elle travaille en tant que facilitatrice en développement économique local dans une ONG suisse, Helvetas Swiss Intercooperation.

1/ Hello Aidai. Could you shortly introduce yourself ?
1/ Bonjour Aidai. Pourrais-tu te présenter rapidement ?

Hi, my name Aidai Kozhalieva. I was born in Issy-Kul region but now my family lives in Bishkek (the capital of Kyrghyzstan, north part) . As for me at the moment I’m living in Alai region (in the south) because I’m working on rural economy development with the NGO Helvetas Swiss Intercooperation.

Bonjour, je m’appelle Aidai Kozhalieva et je suis née dans la région d’Issyk-Kul. En ce moment ma famille vit à Bichkek (la capitale du Kirghizstan, au nord) et moi dans la région de l’Alai (dans le sud) : je travaille dans le développement de l’économie rurale avec l’ONG Helvetas Swiss Intercooperation.

2/ What is your academic background ?
2/ Quel est ton cursus universitaire ?

I studied for my bachelor at the American University of Central Asia in Bishkek, with a speciality in business administration. Following this I spent 1 year as an exchange student at Maryville College in Tennessee USA. Finally, I did a master’s degree in South Korea at Korea Development Institute, specialising in International Development. In the future, I’m planning to apply for another master in the USA…

Pour mon BTS j’ai étudié à l’Université américaine d’Asie Centrale de Bichkek, avec une spécialité en gestion d’entreprise. Après cela j’ai passé un an à étudier au Maryville College dans le Tennessee aux États-Unis, grâce à un programme d’échange d’étudiants. Enfin, j’ai passé un master en Corée du Sud à l’Institut de Développement Coréen, en me spécialisant dans le développement international. Dans le futur, je prévois de postuler pour un autre master aux États-Unis…

3/ Great plan… and how did you get to work with Helvetas?
3/ Beau projet… et comment en es-tu arrivée à travailler avec Helvetas ?

Well to answer this question, I have to start from the beginning… I grew up in a village, and thanks to my mother I had the chance to learn english with a private teacher. One summer, a team of foreigners volunteers came to my village to animate a summer camp. It was the first time I could really practice my english, it was so wonderful ! I felt a door was opened. When we moved to Bishkek, I passed the test to enter one of the best college in town, and later I went to the USA and South Korea. I always loved to study.

My desire to work in development sphere materialized in summer 2012, when I did my first community service work in my hometown. It was my turn to organise a summer camp for children, with volunteers who came from 6 countries. I knew there was a lack of resources for children in terms of english learning and I wanted to help improving this. 
In South Korea I also gained a lot of positive ideas, and came back to Kyrghystan with the will to share it. I needed to find a field work, to work with concrete people. So, when I saw the vacancy for Helvetas in Alai region, I directly applied. They were very surprised, with my academic background I was supposed to work in big towns. They even asked me if I was really aware that the job was in the countryside ! (laughs) For me it was clear : I wanted to do something to help people in a rural area. I had things to learn, things to share, so I would go there.

Eh bien pour répondre à cette question je dois commencer du début… j’ai grandi dans un village, et grâce à ma mère j’ai eu la chance d’avoir des cours privés d’anglais. Un été, une équipe de volontaires étrangers sont venus dans mon village pour animer un camp d’été. C’était la première fois que je pouvais exercer mon anglais en situation réelle, c’était merveilleux ! J’ai senti qu’une porte s’ouvrait. Quand nous avons déménagé à Bichkek, j’ai réussi le test d’entrée de l’un des meilleurs lycée de la ville, et plus tard je suis allée aux États-Unis et en Corée du Sud. J’ai toujours adoré les études.

Mon désir de travailler dans le développement s’est matérialisé pendant l’été 2012, quand j’ai fait mon premier “service communautaire” dans ma ville d’origine. À mon tour j’ai organisé un camp d’été pour les enfants, avec des volontaires de 6 pays différents. Je savais qu’il y avait des lacunes dans l’enseignement de l’anglais et je voulais aider à améliorer la situation.
En Corée du Sud j’ai aussi accumulé beaucoup d’énergie positive, et je suis revenue avec l’envie de la partager. J’avais besoin de trouver un travail sur le terrain, avec des gens concrets. Du coup quand j’ai vu l’annonce d’Helvetas pour le poste dans la région de l’Alaï j’ai tout de suite postulé. Ils étaient surpris, avec mon cursus universitaire j’étais censée allée travailler dans de grandes villes. Ils m’ont même demandé si j’étais réellement au courant que le boulot était à la campagne (rires) ! Pour moi c’était clair : je voulais agir pour aider les habitants des zones rurales. J’avais des choses à apprendre, des choses à partager, donc j’irais là-bas.

4/ What a story ! And can you do a quick presentation of the team you are working with in Gulcha ?
4/ Quelle histoire ! Et peux-tu nous donner un aperçu rapide de l’équipe avec laquelle tu travailles à Gulcha ?

By now we are seven people in the team -including me- : Kambarbek -the project manager-, Maksatbek -the livestock specialist-, Imanali -the project officer-, Aziret -the driver-, Jael -a suiss intern- and Beksultan, the translator who works with her.We also have an adviser in Bishkek, Damira. She supervises our work from Bichkek and comes to visit us from time to time.
Except Jael, who is the second intern that we welcome, we are all kirghize people. It goes with the idea of the M4P* approach that Helvetas applies : to build sustainable projects so they last after the NGO leave. Therefore all our team support and works with local partners.

Actuellement nous sommes 7 dans l’équipe -moi comprise- : Kambarbek -le chef de projet-, Maksatbek -le spécialiste élevage-, Imanali -chargée de projet-, Aziret -le chauffeur-, Jael -une stagiaire suisse- et Beksultan, l’interprète qui travaille en binôme avec elle. Nous avons aussi une conseillère à Bichkek, Damira. Elle supervise notre travail depuis Bichkek et nous rend visite de temps en temps. Exceptée Jael qui est la seconde stagiaire que nous accueillons, nous sommes tous kirghizes. C’est dans la logique de l’approche M4P* (appliquée par Helvetas) : construire des projets durables qui continuent à exister après que l’ONG se soit retirée. Toute notre équipe soutient et travaille donc avec des partenaires locaux.

5/ So what is your job in there?
5/ Et quelle est ta mission dans tout ça ?

The all project of Helvetas in Gulcha is organised like this : first it’s name is LED, for Local Economic Development. Second it includes 4 components : vegetables crops, arboriculture, tourism and women & youth business. I personally work as a local economic development facilitator, with emphasis on women and youth (from 18 to 30 years old).

L’ensemble du projet d’Helvetas à Gulcha est organisé de la façon suivante : tout d’abord on l’appelle le LED pour Développement Economique Local. Ensuite il comprend 4 domaines : la culture des légumes, l’arboriculture, le tourisme et l’auto-entreprise des femmes et des jeunes. Personnellement je travaille en tant que facilitatrice en développement économique local, et plus particulièrement avec les femmes et les jeunes (de 18 à 30 ans).

6/ Can you tell me a little bit more about promoting women’s and youth’s work ? 
6/ Peux-tu m’en dire un peu plus à propos de ton travail avec les femmes et les jeunes ?

In the frame of the project, an association of business women of Alai was created in 2015 to promote the entrepreneurship among them. Now they are around 30 members. This common platform allows them to share their experience and knowledge. We organise for and with them trainings, seminars, professional exchange trips and they participate in fairs and exhibitions. They also opened a souvenir shop with local handicraft products.

For the “youth” we are working with the Public Union “Youth of Osh” (Osh is the second biggest town of Kirghizstan, 1h30 from Gulcha). We organise youth business competitions and provide funds to the winners so they can start or expand their business.They write a business plan while they are participating on business trainings : the Committee** choose the best projects. In 2016, ten of them had the opportunity to get funds of 1000 dollars each one, which represent a good amount of money here.

Dans le cadre du projet, une association de businesswomen de la région de l’Alaï a été créée en 2015 pour promouvoir l’esprit d’entreprise parmi les femmes. Elle compte maintenant une trentaine de membres. Cette plateforme commune leur permet de faire des échanges d’expérience et de connaissances. Nous organisons pour et avec elles des stages, des séminaires, des voyages d’échange professionnels et elles participent aussi à des foires et des expos. Elles ont également ouvert une boutique de souvenirs avec des produits artisanaux et locaux.

Pour les “jeunes” nous travaillons en collaboration avec la Public Union “les jeunes d’Osh” (Osh est la seconde plus grande ville du Kirghizstan, à 1h30 de Gulcha). Nous organisons des compétitions de jeunes (entrepreneurs) et offrons des prix aux gagnants afin qu’ils puissent débuter ou développer leur entreprise. Ils rédigent leur business plan pendant le stage : le Comité choisit ensuite les meilleurs projets. En 2016, 10 participants ont ainsi eu l’opportunité d’obtenir 1000 dollars chacun, ce qui est une somme non négligeable ici.

7- What are the progress you wish to see in the next months ?
7- Quels sont les progrès que tu espères voir se réaliser dans les prochains mois ?

I would like the Alai-Chon Alai regions to be much more developed and attractive for tourists, and not only around the Lenin Peak (with its 7134m altitude, it’s the main tourist attraction of the region). I wish women to be more interested to engage themselves in economic activities. Finally, I hope to see more youth willing to see opportunities of development in their own region.  

J’aimerais que les régions de l’Alai et du Chon-Alai attirent plus de touristes, et pas seulement autour du pic Lénine (avec ses 7134 m d’altitude, c’est la principale attraction touristique de la zone). Je souhaite que les femmes s’engagent de plus en plus dans des activités économiques. Enfin, j’espère voir plus de jeunes capables de voir les opportunités de développement au sein de leur propre région.

8- In your opinion, what elements can help to push into that direction ? 
8- À ton avis, quels éléments peuvent pousser les choses à aller dans ce sens ?

When you want things to evolve, I think your own presence can have a huge impact. Living and working here I wish I can give hope to the children, because I’m also from a village. And I’m a woman too !
Education is also very important, it can bring big changes. For example before, I was afraid of being kidnapped***. But when I came back to my childhood village after my studies, I was not afraid anymore because I knew my rights. Education empowers you, now I feel strong. Women have rights and opportunities, they just have to be aware of it.

Quand tu veux que les choses évoluent, je pense que ta propre présence peut avoir un très grand impact. En vivant et travaillant ici j’espère que je peux donner de l’espoir aux enfants, parce que moi aussi je viens d’un village. Et je suis une femme aussi !
L’éducation est aussi très importante, cela peut apporter de grands changements. Par exemple avant j’avais peur d’être kidnappée***. Mais quand je suis revenue dans le village de mon enfance après mes études, je n’étais plus effrayée car je connaissais mes droits. L’éducation te rend plus fort(e), maintenant je me sens puissante. Les femmes ont des droits et des opportunités, il faut juste qu’elles en soient conscientes.

* M4P : Making Markets Work For the Poor
** Composed of Helvetas, Youth of Osh and local government.   

*** In Kyrgyzstan, there is an old tradition about arranged marriage that still goes on in some rural regions. Based on the fact that the women would be too shy to choose her future husband and go to him, a kidnapping is organised to bring her to her new house. 
Sometimes it can be like a kind of “game” (based on men’s saying…) where everyone is in fact acting, but it seems that often the women really don’t know neither agree before her kidnapping.

*M4P : Faire Fonctionner les Marchés au Bénéfice des Pauvres
**composés d’Helvetas, des “Jeunes d’Osh” et du gouvernement local

***Au Kirghizstan, il existe une vieille tradition autour des mariages arrangés qui est encore appliquée dans certaines zones rurales. Prenant appui sur le fait que les femmes seraient trop timides pour choisir et se rendre dans la maison de leur futur mari, un kidnapping est organisé pour l’amener dans sa nouvelle maison.
Parfois ça peut être comme une sorte de “jeu” (selon des sources masculines…) où tout le monde fait semblant, mais il semble que souvent les femmes ne sont ni au courant ni d’accord sur ce qu’il se passe.