Interview with Aidai Kozhalieva

Aidai Kozhalieva, dans les locaux d’Helvetas à Gulcha.

Aidai Kozhalieva is a kirghize woman of 24 years old. She was born in a little town on Issyk-Kul lake and then moved to Bichkek where she began a successful academic career. Since march 2016 she works as a local economic development facilitator in the Swiss NGO, Helvetas Swiss Intercooperation.

 

Aidai Kozhalieva est une femme kirghize de 24 ans. Elle est née dans une petite ville autour du lac Issyk-Kul, puis a déménagé à Bichkek où elle a commencé une carrière universitaire couronnée de succès. Depuis mars 2016 elle travaille en tant que facilitatrice en développement économique local dans une ONG suisse, Helvetas Swiss Intercooperation.

1/ Hello Aidai. Could you shortly introduce yourself ?
1/ Bonjour Aidai. Pourrais-tu te présenter rapidement ?

Hi, my name Aidai Kozhalieva. I was born in Issy-Kul region but now my family lives in Bishkek (the capital of Kyrghyzstan, north part) . As for me at the moment I’m living in Alai region (in the south) because I’m working on rural economy development with the NGO Helvetas Swiss Intercooperation.

Bonjour, je m’appelle Aidai Kozhalieva et je suis née dans la région d’Issyk-Kul. En ce moment ma famille vit à Bichkek (la capitale du Kirghizstan, au nord) et moi dans la région de l’Alai (dans le sud) : je travaille dans le développement de l’économie rurale avec l’ONG Helvetas Swiss Intercooperation.

2/ What is your academic background ?
2/ Quel est ton cursus universitaire ?

I studied for my bachelor at the American University of Central Asia in Bishkek, with a speciality in business administration. Following this I spent 1 year as an exchange student at Maryville College in Tennessee USA. Finally, I did a master’s degree in South Korea at Korea Development Institute, specialising in International Development. In the future, I’m planning to apply for another master in the USA…

Pour mon BTS j’ai étudié à l’Université américaine d’Asie Centrale de Bichkek, avec une spécialité en gestion d’entreprise. Après cela j’ai passé un an à étudier au Maryville College dans le Tennessee aux États-Unis, grâce à un programme d’échange d’étudiants. Enfin, j’ai passé un master en Corée du Sud à l’Institut de Développement Coréen, en me spécialisant dans le développement international. Dans le futur, je prévois de postuler pour un autre master aux États-Unis…

3/ Great plan… and how did you get to work with Helvetas?
3/ Beau projet… et comment en es-tu arrivée à travailler avec Helvetas ?

Well to answer this question, I have to start from the beginning… I grew up in a village, and thanks to my mother I had the chance to learn english with a private teacher. One summer, a team of foreigners volunteers came to my village to animate a summer camp. It was the first time I could really practice my english, it was so wonderful ! I felt a door was opened. When we moved to Bishkek, I passed the test to enter one of the best college in town, and later I went to the USA and South Korea. I always loved to study.

My desire to work in development sphere materialized in summer 2012, when I did my first community service work in my hometown. It was my turn to organise a summer camp for children, with volunteers who came from 6 countries. I knew there was a lack of resources for children in terms of english learning and I wanted to help improving this. 
In South Korea I also gained a lot of positive ideas, and came back to Kyrghystan with the will to share it. I needed to find a field work, to work with concrete people. So, when I saw the vacancy for Helvetas in Alai region, I directly applied. They were very surprised, with my academic background I was supposed to work in big towns. They even asked me if I was really aware that the job was in the countryside ! (laughs) For me it was clear : I wanted to do something to help people in a rural area. I had things to learn, things to share, so I would go there.

Eh bien pour répondre à cette question je dois commencer du début… j’ai grandi dans un village, et grâce à ma mère j’ai eu la chance d’avoir des cours privés d’anglais. Un été, une équipe de volontaires étrangers sont venus dans mon village pour animer un camp d’été. C’était la première fois que je pouvais exercer mon anglais en situation réelle, c’était merveilleux ! J’ai senti qu’une porte s’ouvrait. Quand nous avons déménagé à Bichkek, j’ai réussi le test d’entrée de l’un des meilleurs lycée de la ville, et plus tard je suis allée aux États-Unis et en Corée du Sud. J’ai toujours adoré les études.

Mon désir de travailler dans le développement s’est matérialisé pendant l’été 2012, quand j’ai fait mon premier “service communautaire” dans ma ville d’origine. À mon tour j’ai organisé un camp d’été pour les enfants, avec des volontaires de 6 pays différents. Je savais qu’il y avait des lacunes dans l’enseignement de l’anglais et je voulais aider à améliorer la situation.
En Corée du Sud j’ai aussi accumulé beaucoup d’énergie positive, et je suis revenue avec l’envie de la partager. J’avais besoin de trouver un travail sur le terrain, avec des gens concrets. Du coup quand j’ai vu l’annonce d’Helvetas pour le poste dans la région de l’Alaï j’ai tout de suite postulé. Ils étaient surpris, avec mon cursus universitaire j’étais censée allée travailler dans de grandes villes. Ils m’ont même demandé si j’étais réellement au courant que le boulot était à la campagne (rires) ! Pour moi c’était clair : je voulais agir pour aider les habitants des zones rurales. J’avais des choses à apprendre, des choses à partager, donc j’irais là-bas.

4/ What a story ! And can you do a quick presentation of the team you are working with in Gulcha ?
4/ Quelle histoire ! Et peux-tu nous donner un aperçu rapide de l’équipe avec laquelle tu travailles à Gulcha ?

By now we are seven people in the team -including me- : Kambarbek -the project manager-, Maksatbek -the livestock specialist-, Imanali -the project officer-, Aziret -the driver-, Jael -a suiss intern- and Beksultan, the translator who works with her.We also have an adviser in Bishkek, Damira. She supervises our work from Bichkek and comes to visit us from time to time.
Except Jael, who is the second intern that we welcome, we are all kirghize people. It goes with the idea of the M4P* approach that Helvetas applies : to build sustainable projects so they last after the NGO leave. Therefore all our team support and works with local partners.

Actuellement nous sommes 7 dans l’équipe -moi comprise- : Kambarbek -le chef de projet-, Maksatbek -le spécialiste élevage-, Imanali -chargée de projet-, Aziret -le chauffeur-, Jael -une stagiaire suisse- et Beksultan, l’interprète qui travaille en binôme avec elle. Nous avons aussi une conseillère à Bichkek, Damira. Elle supervise notre travail depuis Bichkek et nous rend visite de temps en temps. Exceptée Jael qui est la seconde stagiaire que nous accueillons, nous sommes tous kirghizes. C’est dans la logique de l’approche M4P* (appliquée par Helvetas) : construire des projets durables qui continuent à exister après que l’ONG se soit retirée. Toute notre équipe soutient et travaille donc avec des partenaires locaux.

5/ So what is your job in there?
5/ Et quelle est ta mission dans tout ça ?

The all project of Helvetas in Gulcha is organised like this : first it’s name is LED, for Local Economic Development. Second it includes 4 components : vegetables crops, arboriculture, tourism and women & youth business. I personally work as a local economic development facilitator, with emphasis on women and youth (from 18 to 30 years old).

L’ensemble du projet d’Helvetas à Gulcha est organisé de la façon suivante : tout d’abord on l’appelle le LED pour Développement Economique Local. Ensuite il comprend 4 domaines : la culture des légumes, l’arboriculture, le tourisme et l’auto-entreprise des femmes et des jeunes. Personnellement je travaille en tant que facilitatrice en développement économique local, et plus particulièrement avec les femmes et les jeunes (de 18 à 30 ans).

6/ Can you tell me a little bit more about promoting women’s and youth’s work ? 
6/ Peux-tu m’en dire un peu plus à propos de ton travail avec les femmes et les jeunes ?

In the frame of the project, an association of business women of Alai was created in 2015 to promote the entrepreneurship among them. Now they are around 30 members. This common platform allows them to share their experience and knowledge. We organise for and with them trainings, seminars, professional exchange trips and they participate in fairs and exhibitions. They also opened a souvenir shop with local handicraft products.

For the “youth” we are working with the Public Union “Youth of Osh” (Osh is the second biggest town of Kirghizstan, 1h30 from Gulcha). We organise youth business competitions and provide funds to the winners so they can start or expand their business.They write a business plan while they are participating on business trainings : the Committee** choose the best projects. In 2016, ten of them had the opportunity to get funds of 1000 dollars each one, which represent a good amount of money here.

Dans le cadre du projet, une association de businesswomen de la région de l’Alaï a été créée en 2015 pour promouvoir l’esprit d’entreprise parmi les femmes. Elle compte maintenant une trentaine de membres. Cette plateforme commune leur permet de faire des échanges d’expérience et de connaissances. Nous organisons pour et avec elles des stages, des séminaires, des voyages d’échange professionnels et elles participent aussi à des foires et des expos. Elles ont également ouvert une boutique de souvenirs avec des produits artisanaux et locaux.

Pour les “jeunes” nous travaillons en collaboration avec la Public Union “les jeunes d’Osh” (Osh est la seconde plus grande ville du Kirghizstan, à 1h30 de Gulcha). Nous organisons des compétitions de jeunes (entrepreneurs) et offrons des prix aux gagnants afin qu’ils puissent débuter ou développer leur entreprise. Ils rédigent leur business plan pendant le stage : le Comité choisit ensuite les meilleurs projets. En 2016, 10 participants ont ainsi eu l’opportunité d’obtenir 1000 dollars chacun, ce qui est une somme non négligeable ici.

7- What are the progress you wish to see in the next months ?
7- Quels sont les progrès que tu espères voir se réaliser dans les prochains mois ?

I would like the Alai-Chon Alai regions to be much more developed and attractive for tourists, and not only around the Lenin Peak (with its 7134m altitude, it’s the main tourist attraction of the region). I wish women to be more interested to engage themselves in economic activities. Finally, I hope to see more youth willing to see opportunities of development in their own region.  

J’aimerais que les régions de l’Alai et du Chon-Alai attirent plus de touristes, et pas seulement autour du pic Lénine (avec ses 7134 m d’altitude, c’est la principale attraction touristique de la zone). Je souhaite que les femmes s’engagent de plus en plus dans des activités économiques. Enfin, j’espère voir plus de jeunes capables de voir les opportunités de développement au sein de leur propre région.

8- In your opinion, what elements can help to push into that direction ? 
8- À ton avis, quels éléments peuvent pousser les choses à aller dans ce sens ?

When you want things to evolve, I think your own presence can have a huge impact. Living and working here I wish I can give hope to the children, because I’m also from a village. And I’m a woman too !
Education is also very important, it can bring big changes. For example before, I was afraid of being kidnapped***. But when I came back to my childhood village after my studies, I was not afraid anymore because I knew my rights. Education empowers you, now I feel strong. Women have rights and opportunities, they just have to be aware of it.

Quand tu veux que les choses évoluent, je pense que ta propre présence peut avoir un très grand impact. En vivant et travaillant ici j’espère que je peux donner de l’espoir aux enfants, parce que moi aussi je viens d’un village. Et je suis une femme aussi !
L’éducation est aussi très importante, cela peut apporter de grands changements. Par exemple avant j’avais peur d’être kidnappée***. Mais quand je suis revenue dans le village de mon enfance après mes études, je n’étais plus effrayée car je connaissais mes droits. L’éducation te rend plus fort(e), maintenant je me sens puissante. Les femmes ont des droits et des opportunités, il faut juste qu’elles en soient conscientes.

* M4P : Making Markets Work For the Poor
** Composed of Helvetas, Youth of Osh and local government.   

*** In Kyrgyzstan, there is an old tradition about arranged marriage that still goes on in some rural regions. Based on the fact that the women would be too shy to choose her future husband and go to him, a kidnapping is organised to bring her to her new house. 
Sometimes it can be like a kind of “game” (based on men’s saying…) where everyone is in fact acting, but it seems that often the women really don’t know neither agree before her kidnapping.

*M4P : Faire Fonctionner les Marchés au Bénéfice des Pauvres
**composés d’Helvetas, des “Jeunes d’Osh” et du gouvernement local

***Au Kirghizstan, il existe une vieille tradition autour des mariages arrangés qui est encore appliquée dans certaines zones rurales. Prenant appui sur le fait que les femmes seraient trop timides pour choisir et se rendre dans la maison de leur futur mari, un kidnapping est organisé pour l’amener dans sa nouvelle maison.
Parfois ça peut être comme une sorte de “jeu” (selon des sources masculines…) où tout le monde fait semblant, mais il semble que souvent les femmes ne sont ni au courant ni d’accord sur ce qu’il se passe.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *